Rencontre avec Montaigne.

Voilà presque 3 mois que je n’ai rien publié par ici… Ce n’est pas l’envie qui manque mais il faut dire que le temps se fait rare ! Ne souhaitant pas abandonner mon petit blog parce que oui, c’est quand même sympa de partager mes petites cousettes avec vous, j’ai choisi de faire des articles plus simples, avec moins de blabla et qui vont à l’essentiel. J’espère que cette nouvelle forme vous séduira toujours et que vous prendrez toujours autant de plaisir à faire un tour par ici.

Pour débuter les hostilités (eh oui, j’ai pas mal de cousettes en stock à vous montrer !) j’ai choisi de vous présenter mon nouveau manteau chouchou !

Modèle : Aime comme Montaigne de Aime comme Marie

Taille : M, parfait pour moi puisque je peux y mettre un gros gilet tricoté en dessous

Tissu : Lainage assez fin trouvé en soldes chez Tissus Ellen à Troyes pour l’extérieur + soie noire de mon stock pour la doublure

Mon avis sur le modèle : repéré quelques temps avant le CSF, je n’étais pas encore sûre de si jamais ses découpes originales et son absence de col. Cependant, j’ai eu la chance de le voir en vrai au CSF et ma copine Cécile l’a essayé : total coup de foudre pour cette jolie coupe et l’originalité des poches prises dans les pinces. Au final je suis complètement conquise et j’adore mon manteau !

Envie de le porter : je l’ai cousu au mois de décembre et avec les beaux jours que nous avons eu je l’ai déjà bien amorti ! J’adore le porter, il va avec tout, bottes, baskets, ballerines bref vraiment une pièce phare de mon dressing !

Difficultés particulières : c’est un manteau donc forcément une « grosse pièce », je pense que la pose de la doublure est une difficulté si on ne l’a encore jamais fait, les poches prises dans les pinces nécessitent un peu d’attention et les découpes du dos et des épaules également mais si on suit bien les explications, qu’on est réveillé et qu’on s’applique, tout roule !

Modifications apportées : aucune pour ce modèle, je l’ai réalisé tel quel. Par contre, je trouve les manches un tout petit peu trop courte et je ne sais pas si c’est voulu mais la doublure dépasse au bout… Erreur de coupe ou erreur de patron ? Je ne saurai le dire mais je sais que je ne suis pas la seule à qui c’est arriver.

A refaire ? Sans aucun doute ! Mais…je commence à avoir beaucoup de manteaux donc à offrir plutôt !

DSC_0178

_________________________________________________________________

Petit clin d’oeil à ma photographe attitrée qui me fait toujours de jolies photos

quand on se voit et qui fête ses 18 ans aujourd’hui ❤

Publicités

Quart coat, mon précieux.

Peu de temps avant la période de Noël, Pauline Alice sortait son sublime patron Quart coat. Je n’ai pas flashé tout de suite, bien que la version test d’Annie Coton m’avait tapée dans l’oeil. Personnellement, les petits plis sur les côtés ne me plaisaient pas plus que cela. Je les trouve très féminins mais ils ne me correspondaient pas tellement. Petit à petit, les versions fleurissaient par ci par là et j’avoue que l’envie montait de plus en plus ! Vous pouvez, par exemple, zieuter la jolie version d’Anne Bouzic ou de Celinettevo qui m’a convaincue de tenter la version sans plis.

Vous pouvez également jeter un oeil aux jolies versions de Mlle Lisou et Les printemps de Margot qui sont très réussies !

SONY DSC SONY DSC

J’avais dans mon stock un lainage magnifique que je réservais pour un gros projet et si possible coup de coeur. Le choix était donc tout fait, il ne me restait plus qu’à choisir ma doublure. A partir des conseils d’Annie Coton (que vous pouvez trouver dans cet article très détaillé), j’ai choisi de prendre une doublure en 100% soie pour que mon manteau me tienne bien chaud. Cette doublure vient de chez Cousette et, selon moi, très bon rapport qualité/prix ! Je me suis également posé la question d’une version tailleur mais le temps me manquant, j’ai choisi d’entoiler au thermocollant. Mon entoilage est tout de même tailleur mais thermocollant. Il vient de chez Stragier et est de très bonne qualité. Je tiens d’ailleurs à souligner ici qu’il ne faut absolument pas hésiter à leur envoyer un mail pour leur poser toutes vos questions : ils sont rapides et très efficaces dans leurs réponses. Au final, toute ma commande s’est faite par mail et elle était parfaite ! J’y ai d’ailleurs pris, au passage, les épaulettes et la cigarette de manches.

SONY DSC

J’ai beaucoup apprécié les planches de patron de Pauline Alice qui rendent le recopiage assez facile. Je ne vous cache pas que c’est plutôt long mais c’est normal, c’est un manteau donc il y a beaucoup de pièces ! Gros plus pour la distinction des pièces extérieures et doublures, j’aime ne pas avoir à réfléchir à où je dois enlever quoi et à juste sélectionner telle ou telle pièce d’après son numéro.

SONY DSC SONY DSC

Une fois mon tissu coupé et entoilé, je me suis lancée tranquillement et je me suis littéralement laissée porter par les explications de Pauline qui sont très claires. En plus, accompagnées de son pas à pas, on ne peut pas se tromper. J’ai eu un petit doute une fois mes manches montées : j’avais des fronces sur le devant. Après concertation sur IG, nous avons pu remarquer que je n’avais pas bien aligné mes repères : attention donc, seuls les repères dos et épaule doivent être alignés, pas la découpe princesse du devant ! J’ai décousu. Puis recousu. Et la Ô miracle, tout tombait parfaitement (danse de la joie) !

SONY DSC SONY DSC

Autre petit moment de doute au moment de l’assemblage de la doublure et de l’extérieur… Je n’ai pas du tout su visualiser l’étape de fixation des marges de couture à la parementure… Finalement, j’ai compris (mais je serai incapable de vous l’expliquer… Désolée…) et le rendu ne me plaisant pas spécialement, j’ai choisi de faire une surpiqûre apparente. Pour l’explication, mon lainage étant très épais, malgré la piqûre de maintien de la parementure, la couture « s’ouvrait » légèrement et cela ne me plaisait pas. Au final j’aime assez l’effet de ma surpiqûre.

SONY DSC

Petite précision également, j’ai pour habitude de faire des coutures invisibles lorsque je couds mes boutons à la main. Du coup, aucune couture n’apparait sur ma doublure. J’ai procédé de cette manière pour mon manteau mais au final, mon lainage s’abîmait beaucoup à force de « tirer » sur les boutons pour l’ouvrir et le fermer. J’ai alors recousu mes boutons pour renforcer la couture et j’ai cette fois-ci pris toutes les épaisseurs dans la couture pour qu’elle soit bien solide. Attention donc à faire des coutures bien solides à vos boutons, surtout selon le type de tissu extérieur que vous avez utilisé. Je suis un peu déçue que les coutures soient apparentes sur mon parement intérieur mais bon, de toute façon personne ne le voit quand le manteau est fermé !

 SONY DSC

SONY DSC

Pour le reste pas de souci, il faut être concentrée pour monter les zip des manches et si vous choisissez une doublure contrastante, pensez bien à prendre du ton sur ton au niveau du zip… Cela vous évitera de découdre parce que la doublure se voit trop dans les angles… Hum Hum…

SONY DSC SONY DSC SONY DSC

SONY DSC SONY DSC

Au final, je suis absolument ravie de mon manteau. Je trouve la taille et la longueur parfaites, cigarettes et épaulettes lui donnent une belle tenue et il est bien chaud ! Son col est très pratique puis il se porte aussi bien relevé que baissé.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Ayant un amour inconditionnel pour le liberty, je voulais en mettre sur mon manteau mais pas en doublure, trop dommage selon moi d’utiliser un si beau tissu pour le cacher ! Au final, mon liberty est quand même caché mais je sais qu’il est là et ça me va bien 🙂

J’ai donc glissé un passepoil liberty entre la parementure et la doublure ce qui souligne le parement et rend l’intérieur encore plus chic, selon moi. Je n’ai pas résisté également à utiliser mon biais liberty pour le petit « crochet » permettant de suspendre mon manteau.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Pour les modifications, voici les détails :

– suppression des plis sur les côtés (on rallonge les pièces extérieures de 18cm et de 15cm pour la doublure)

– boutonnières classiques

– une seule rangée de boutons sur le devant

– surpiqûre apparente pour fixer la parementure à l’extérieur

– ajout d’un passepoil entre la parementure et la doublure

SONY DSC SONY DSC SONY DSC

J’avoue ne jamais m’attarder précisément sur le matériel et le prix de revient de mes réalisations mais je crois que pour un projet de cette envergure, c’est toujours intéressant de savoir, à peu près, pour combien on va en avoir. Voici donc le détail des fournitures que j’ai utilisé ainsi que leur prix :

Lainage extérieur (Indigotex – Domène) 2m 40€
Doublure (Cousette) 1,5m 20€
Entoilage thermocollant (Stragier) 1,5m 22,50€
Passepoil (Stragier + mercerie de quartier) 3m environ 10€
Fermetures éclaires (Mercerie de quartier) 2 3€
Epaulettes (Stragier) 1 paire 2,40€
Cigarettes de manches (Stragier) 2 1€
Boutons (Mercerie de quartier) 4 grands + 2 petits De mon stock
Patron (Pauline Alice) 14€ + 4€ de fdp
Total : Environ 120€

SONY DSC SONY DSC

Je pense que nous avons fait le tour du propriétaire et que je vous ai dit l’essentiel, n’hésitez pas à me poser des questions si besoin, je ferai au mieux pour y répondre 🙂 Ah et aussi… Pauline nous a concocté un superbe tuto pour transformer le Quart coat en perfecto court… Autant vous dire que j’en rêvais alors une version devrait voir le jour d’ici peu ! Allez vite le découvrir par ici.

SONY DSC

Quart coat – Pauline Alice, taille 40